Portugal : Imposition des revenus tirés des jetons numériques

folder_openFiscal
Portugal : Imposition des revenus tirés des jetons numériques
Portugal : Imposition des revenus tirés des jetons numériques

Imposition des revenus tirés des jetons numériques (cryptomonnaies, jetons non fongibles etc.) au Portugal

La législation fiscale portugaise définit les actifs virtuels comme « une représentation numérique de la valeur qui n’est pas nécessairement liée à une monnaie légalement établie et qui n’a pas le statut juridique d’une monnaie fiduciaire, mais qui est acceptée par des personnes physiques ou morales comme moyen d’échange ou d’investissement et qui peut être transférée, stockée et négociée de manière électronique ».

Toutefois, cette définition est loin de résoudre les problèmes liés à la classification et, par conséquent, au cadre juridique/fiscal des différents types de jetons (monnaie, services publics, titres, hybrides et jetons non fongibles).

D’un point de vue très général, les revenus générés spécifiquement par un investissement dans des jetons numériques peuvent potentiellement être imposés dans différentes catégories de l’impôt sur le revenu des particuliers (à titre de revenus commerciaux et professionnels dans la catégorie B, de revenus d’investissement dans la catégorie E ou de plus-values dans la catégorie G).

Par exemple, les gains provenant d’un investissement dans des jetons de sécurité avec des titres négociables sous-jacents pourraient être imposables à titre de plus-values (catégorie G – au taux fixe de 28 %) car il existe une disposition spécifique pour les investissements dans des titres négociables.

D’autre part, de nombreux investisseurs pensent qu’il existe un avis « officiel » et contraignant de l’Administration fiscale applicable à toutes les situations liées aux investissements dans les jetons numériques mais, en réalité, l’Administration fiscale portugaise n’a fait part de son avis que concernant une transaction spécifique liée à un type de jeton numérique : l’achat et la vente de cryptomonnaies.

Selon eux, les gains provenant de la vente de cryptomonnaies achetées ne peuvent être imposés que s’ils proviennent d’une activité professionnelle indépendante (catégorie B – aux taux marginaux fixes plafonnés à 48 %).

Il existe plusieurs autres opérations que le simple achat et la vente de cryptomonnaies (par exemple, le minage, le staking, le farming), et surtout, il existe plusieurs autres jetons numériques dont les caractéristiques sont différentes des cryptomonnaies (par exemple, les titres, les jetons non fongibles), qui peuvent avoir un traitement fiscal distinct.

Même si le Portugal demeure une plateforme incontestable d’investissement et de résidence pour les investisseurs ayant qualité de particuliers et d’entreprises, l’absence de réglementation spécifique et les caractéristiques particulières des investisseurs en jetons numériques ont poussé de nombreux investisseurs à prendre des décisions qui ont changé leur vie et à s’installer au Portugal, croyant que le pays est un paradis fiscal pour les actifs numériques, où il est possible de réaliser des « encaissements » importants.

Bien qu’une réglementation spécifique fasse encore défaut, nous pensons qu’un cadre fiscal spécifique serait préférable que l’indéfinition actuelle qui n’a été bénéfique ni pour les contribuables ni pour les administrations fiscales, et est déjà source de contentieux.

Afin de pourvoir l’ordre juridique d’une certaine sécurité juridique (bien nécessaire), il serait dans l’intérêt de tous qu’une législation spécifique soit rapidement instaurée, prévoyant notamment des règles pour déterminer la source territoriale de ce type de revenu numérique, ce qui permettrait alors de le combiner avec le statut fiscal spécial de résident non habituel respectif, qui est le régime qui rend en fait le Portugal très compétitif par rapport à d’autres juridictions.

Auteurs : Rogério Fernandes Ferreira, Joana Marques Alves & Vanessa Lopes Rodrigues, RFF Lawyers, Lisbonne

Related Posts

Menu